Le statut de réserve naturelle

En décembre 2002, le gouvernement du Québec adoptait la Loi sur la conservation du patrimoine naturel (LCPN) dans le but de contribuer à l'objectif de sauvegarder le caractère, la diversité et l'intégrité du patrimoine naturel de la province. Cette loi permet au ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC) de reconnaître des propriétés privées comme réserves naturelles.

Le Québec compte maintenant plus de 80 réserves naturelles reconnues qui, ensemble, représentent plus de 10 600 hectares de territoires protégés.

La reconnaissance d’une réserve naturelle est initiée par le propriétaire foncier (personne physique ou morale) qui désire assurer, sur sa propriété, la sauvegarde des milieux naturels qui méritent d’être protégés. En effet, le statut de réserve naturelle vise la conservation des caractéristiques patrimoniales des propriétés privées présentant un intérêt sur les plans biologique, écologique, faunique, floristique, géologique, géomorphologique ou paysager par le biais d’une entente avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC). Le statut de réserve naturelle permet au propriétaire de conserver ses titres de propriété et peut être en vigueur à perpétuité ou pour un terme minimal de 25 ans.


La réserve naturelle des Montagnes-Vertes

Le territoire de la réserve naturelle des Montagnes-Vertes (RNMV), d’une richesse écologique extraordinaire, représente plus de 6 800 hectares de milieux naturels protégés.  À l’instar des autres réserves naturelles, certaines activités y sont permises, comme la randonnée pédestre à l’intérieur des sentiers tracés, et d’autres y sont prohibées, par exemple la baignade, le vélo, et les sports motorisés comme la motoneige et le quad. Corridor appalachien, le gestionnaire de la RNMV, travaille de concert avec Conservation de la nature, le propriétaire de la réserve, ainsi qu’avec plusieurs partenaires clés pour assurer la protection du territoire, qui devient ainsi un héritage précieux pour les générations futures. Les Sentiers de l’Estrie et le Parc d’environnement naturel de Sutton (PENS), deux organismes de gestion de sentiers pédestres; l’Association de conservation du Mont Écho (MECA) et la Fiducie foncière de la vallée Ruiter (FFVR), deux organismes de conservation locaux; les municipalités de Sutton et du Canton de Potton, ainsi que la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement contribuent ensemble à poursuivre l’objectif d’offrir un accès public à un territoire protégé d’une grande beauté, dans le respect de l’éthique de la conservation.